Les deux mastodontes internationales du drones s’opposent : l’Américain 3D Robotics avec son dernier né, le smart drone : SOLO ainsi que le constructeur Chinois DJI et son Phantom 3.

Ces deux drones offrent des caractéristiques impressionnantes et promettent une utilisation encore plus simplifié aussi bien pour les débutants que pour les pros. On a l’impression que chaque fabricant comprend de mieux en mieux ce que veulent les utilisateurs et le rendent de plus en plus simple à comprendre pour tout le monde.

3DRobotics Solo

DJI Phantom 3

3DRobotics Solo

3DRobotics Solo de face

DJI Phantom 3

DJI Phantom 3 de face

Design

Sur le plan esthétique, DJI reste fidèle aux anciens modèles et au carénage désormais bien connu du Phantom, un look un peu jouet en plastique blanc uniforme et des bandelettes dorées autour des bras.

3DR à fait quand à lui un bond en avant en comparaison de son ancien modèle l’IRIS+, le design est beaucoup plus travaillé, le plastique noir mat est bien fini et absorbe la lumière empêchant les réflexions du soleil, lui donnant un air professionnel et distingué. La nacelle complètement intégrée et carénée s’affranchi du look bricolage des concurrents (pas d’amortisseurs visibles).  La batterie s’intégrant comme une sorte de capot au dessus du SOLO lui donne également un look moderne avec son couplage noir brillant et mat laissant apparaître le logo 3DR. Enfin la belle place laissée aux LEDs de couleurs sous les bras du Solo lui apportent une visibilité confortable de jour comme de nuit.

Batterie du Solo

la batterie du drone SOLO de 3DR

Illustration du sytème de batterie rackable du Phantom qui devrait être quasiment identique sur le Phantom 3

Batterie Phantom 2

Temps de vol / Autonomie

Les temps de vol est similaire entre les deux étant donnés la taille, le poids et la charge utile semblables.
Le Solo offre un temps de vol bien amélioré comparé à l’IRIS+, Le Phantom annonce un temps de vol proche des versions précédentes et comparable au Solo, soit environ 20 minutes au total (si l’on va au bout de la batterie, soit plutôt 18 minutes dans la réalité en gardant une marge de sécurité).

Les batteries

Les deux drones sont équipés d’un système de surveillance intelligent de la batterie permettant de savoir combien de temps il reste avant de devoir se poser (retour d’information sur la radiocommande et sur le smartphone ou la tablette connectée).
Sur le Solo on peut voir directement le niveau de charge de la batterie sans que celle-ci ne soit branchée au drone grâce à ses 8 leds : une pression sur le bouton de la batterie et on voit le niveau de charge (si toutes les leds sont allumées, alors la batterie est complètement chargée). C’est une batterie 4S de 5200 mAh contre 4480 mAh pour le P3

Radicommande du 3DRobotics Solo

Radicommande du DJI Phantom 3

Radiocommande

3Robotics apporte beaucoup d’innovations avec cette radiocommande inspirée des jeux vidéos, elle est très simple et intuitive.

La radiocommande du Phantom n’apporte pas énormément d’évolutions, ce qui n’était peut être pas nécessaire, puisque les versions précédente étaient déjà très simplifiées pour un usage adaptée aux moins expérimentés.
Les deux radios ont un système de support universel pour les tablettes et smartphones.
L’innovation majeure concerne la radio du Solo qui est équipé d’un ordinateur interne, d’un écran tactile à retour haptique qui donne en temps réel des informations sur le niveau de charge de la batterie, le nombre de satellites, la distance, altitude et vitesse du drone ainsi que les modes de vols définis. La radio permet de streamer la video HD sur l’écran du smartphone pendant le vol, comme pour le Phantom mais la radio du Solo est aussi doté d’un port HDMI pour sortir la vidéo sur un autre périphérique (écran télé, vidéoprojecteur etc…).

Sur la Radio du Solo on note l’apparition de nouveaux boutons intéressants comme :

Pause : Il permet d’arrêter immédiatement le drone dans sa progression, que ce soit en manuel, en mode de vol intelligent ou en vol automatique, si vous perdez de vue le drone, que vous paniquez ou qu’un imprévu survient au sol vous pouvez ainsi appuyer sur le bouton pause pour prendre le temps de régler le problème (reprendre le contact visuel avec le drone, le repositionner, ou autre). En état de pause le Solo est bloqué en mode « Fly » ou « loiter », il utilisera donc tous ses capteurs et son GPS pour rester immobile à l’endroit et à l’altitude ou il a été bloqué, ainsi même en cas de vents forts il restera immobile sur sa position (contrant les effets du courant pour rester sur place).

  • Home (RTL) : un bouton qui permet d’appeler la fonction pour le retour au point de décollage. Le drone va donc arrêter toute progression, monter à l’altitude pré-définie en amont puis se diriger vers son point de décollage puis descendre doucement jusqu’à atterrir. La même fonction sera appelée de manière automatique si le Solo sort du périmètre qu’on lui a pré-définit en hauteur ou en distance horizontale (selon le scénario S1-S2 ou S3).
  • Fly : le bouton qui permet d’armer le drone (maintenir 3 secondes), une fois armé il est possible de décoller manuellement ou de ré-appuyer sur le bouton fly pour faire décoller le Solo en mode automatique et il se stabilisera à 3 mètres de hauteur. Le même bouton permet également d’atterrir automatiquement au sol.
  • Boutons Libres A et B : permettent d’appeler les modes de vols que l’on a définit, par exemple le mode A peut être le mode de vol Manuel et le mode B peut être la fonction pour exécuter la mission automatique programmée auparavant.

Nacelle 3 axes du Solo

3DR solo nacelle

Nacelle 3 axes du DJI Phantom 3

Phantom3 nacelle

Nacelles, Caméras et… Capteurs !

Les deux fabricants le savent bien, c’est la possibilité de capturer de belles images aériennes qui font le succès de leurs produits et chacun s’efforce de rendre le procédé le plus facile et le plus abordable possible.

Les deux drones embarquent des nacelles brushless stabilisées sur 3 axes pour une image parfaitement stable en toutes circonstances.
Que ce soit chez 3DR ou DJI, la caméra est alimentée par la batterie principale, pas de problème d’autonomie.

  • le Phantom propose une caméra 4K intégrée avec la nacelle qu’il n’est pas possible de changer ou d’extraire.
  • le Solo propose une nacelle pour accueillir les GoPro (à partir de la 3) mais surtout très optimisé pour la GoPro Hero 4 qui offre des performances remarquables. Il vous est donc également possible d’enlever la GoPro de sa nacelle pour vous en servir pour d’autres applications

Le grand avantage du Solo par rapport au Phantom réside dans le fait qu’il est prévu pour être évolutif. Conçu dans l’idée d’en faire une plateforme de vol intelligente le Solo s’équipe d’une baie d’accessoires pour pour périphériques optionnels qui permet d’apporter des évolutions notables au Solo.

Les possibilités sont ainsi illimitées, on peut imaginer intégrer des capteurs pour :

  • la détection d’obstacles
  • capteurs de détection laser
  • capteurs photos compacts haut de gamme
  • caméras thermiques
  • caméras multispectrales

Ainsi dans les prochains mois on pourra utiliser son Solo pour de nombreuses utilisations diverses qui étaient jusqu’alors segmentées. Plus besoin de 4 drones différents pour proposer une gamme de prestations variées mais seulement 1 drone et ses différentes nacelles

Escadrone a développé une nacelle spécifique pour la modélisation numérique de terrains et de batiments pour des applications de photogrammétrie. Cette nacelle permet d’embarquer un capteur photo de 20 mégapixels pour la réalisation de missions de modélisation. Le logiciel ainsi que les développements permettent évidemment la création et l’exécution des missions entièrement automatiques (déplacement du drone, déclenchement de l’appareil photo).

Ainsi le SOLO se positionne comme un vecteur d’acquisition Vidéo au même titre que le phantom mais en changeant simplement sa nacelle vous pouvez désormais le transformer en un outil pour photographes et pour applications techniques

Le solo mapper de Escadrone pour la photogrammétriecapteur solo mapper sony qx1

  • Solo + nacelle GoPro
    1790€
  • GoPro hero 4 Black édition
    320 €
  • DJI Phantom 3 pro avec nacelle et caméra
    1399 €
  • Total
    1900$

Prix

Le prix est une des principales différences entre ces deux machines. Comparons les deux modèles en version « vidéo 4K ». C’est la version Pro pour le Phantom 3 et nous mettrons une GoPro 4 Black avec le Solo (la GoPro 3 et la 4 silver font de la 4K mais uniquement à 15fps).

Phantom 3 Pro : 1359$ tout équipé (nacelle et caméra)
Solo : 1000$ pour le drone + 400$ pour la nacelle + 499$ pour la GoPro 4 Black = 1899$

Et voici le prix de quelques accessoires du Solo :
Sac à dos $150
Batterie $150

Ergonomie

Les deux aéronefs proposent des caractéristiques et des modes de vols similaires pour faciliter la prise en main et améliorer la sécurité. On retrouve sur les chacun d’entre eux : le décollage et atterrissage automatique, le retour automatique au point de décollage, des modes « simple » où on ne se soucis plus du cap, des procédures de sécurité automatiques (plus de batterie, perte de liaison radio, etc). On retrouve également sur chaque appareil un simulateur de vol pour s’entrainer.
Le Phantom 3 à un avantage par rapport à son concurrent, il est équipé du « vision positionning », qui, grâce à des capteurs optiques et ultrasoniques, lui permette de se positionner en intérieur.
De son côté le Solo propose lui une fonction « freinage d’urgence » qui stoppe le drone dans sa course jusqu’a ce que le pilote soit prêt à reprendre le contrôle. Le Solo devrait être compatible avec le sonar, le capteur optical flow et le LiDAR dans les semaines qui suivent, ce qui lui permettra également de se positionner en intérieur.

dronecode stats

Developpement

3DR à une forte orientation Open-Source qui encourage le développement de nouvelles fonctionnalités et applications, ce qui est pour certains un énorme avantage. DJI a ressenti l’intérêt de ce développement collaboratif et inclus désormais un SDK avec le Phantom qui permet d’ouvrir un peu la plateforme sans toutefois arriver au niveau de l’Open source du firmware APM:Copter/Dronecode, des logiciels qui l’accompagne et de la nouvelle API DroneKit. Les communautés qui se sont créées de chaque côté étaient déjà très actives et ça promet d’être encore plus  dynamique à l’avenir.

Vidéos de présentation officielles

3DRobotics SoloDJI Phantom 3
Temps de volJusqu’a 25 minutes (20 avec nacelle et Gopro)Jusqu’a 23 minutes
Poids (avec batterie et hélices)Avec nacelle et Gopro : 1800 g. Sans : 1500g. 1280 g
Vitesse max88 km/h57,6 km/h (ATTI mode, no wind)
Altitude max120 mètres AGL, limitation logicielle pour respecter la règlementation de la FAA6000 m
Moteurs880 kV?
Hélices10×4.5” auto serrantes?
Batterie principaleLiPo 4S (14.8 V) 5200 mAhLiPo 4S (14.8 V) 4480 mAh
HD video streamingOuiOui (LightBridge)
Portée Retour vidéoJusqu’a 800 mètres2km
Contrôleur de volPixhawk 2?
Batterie radiocommande(7.2 V) 2600 mAh ; autonomie 4 hours (8 heures avec batterie optionnelle)LiPo 2S (7.2 V) 6000 mAh
Portée radiocommande?2000m (en extérieur sans obstacle)
Latence vidéo180 ms220ms
Support GPS GLONASSNonOui
Modes de volCable cam, Follow-Me, Drift, Stabilize, Acro, Guided, Auto, PosHold, AltHold, Loiter, Sport, Circle, Simple and Super SimpleGPS, Atti, Manual, Follow Me, Orbit, POI, Mimic, Intercept
ApplicationsiOS & AndroidiOS & Android
redondance IMUOui, triple IMU?

Article inspiré par et en partie traduit depuis : http://drnes.com/comparing-phantom-3-vs-solo-drone/