Demandez un devis et la fiche produit








    BathyDrone, le drone marin conçu par des experts en levé bathymétriques !

    Le BathyDrone a été conçu par des experts qui ont voulu une embarcation fiable capable de recueillir des informations précises. Il permet la programmation de missions automatiques et offre aux utilisateurs les informations importantes en temps réel afin de maîtriser les acquisitions du drone et contrôler ses déplacements. Le bateau est également pilotable en mode manuel grâce à sa radiocommande (jusqu’à 1 km).
    La position et l’orientation du bateau sont reportées sur un fond de carte avec tous les paramètres de navigation.
    Doté de 2 moteurs puissants de 350 W chacun, le bateau peut se déplacer à des vitesses cohérentes pour de la bathymétrie (1 m/s). La solution est également adaptée à la rivière (3 m/s). Son autonomie moyenne est d’environ 8h.

    Effacer
    Devis

    Autonomie de 8h

    Pour plan d'eau et rivières calmes

    Déploiement rapide

    28 450,0035 850,00 HT

    Instruments de mesure : Fiabilité et précision parmi les meilleurs capteurs du marché

    Pour ce qui concerne la précision de la mesure, nous avons sélectionné les meilleurs capteurs sur le marché.
    L’intégration d’un sondeur mono-faisceau mono-fréquence reste un moyen efficace et peu onéreux qui permet d’obtenir des données bathymétriques fiables à partir de 30 cm de profondeur.
    Le BathyDrone peut aussi embarquer un sondeur mono-faisceau bi-fréquence pour estimer l’épaisseur des sédiments mous.
    Le récepteur GNSS RTK bi-fréquence à 444 canaux apportent des corrections temps réel fournies par le réseau Teria via un opérateur multi-réseaux européen.
    La communication avec l’opérateur se fait via un système WIFI sur le 5 Ghz avec une portée de l’ordre de 1000 m (une connexion sur le réseau 4G est disponible si des longues distances sont envisagées).
    Les capteurs installés sur le bateau sont directement interfacés avec le contrôleur de navigation et votre ordinateur embarqué qui enregistre en continu les données issues des logiciels habituels (Hypack, Qinsy, Hydromagic,…).
    Découvrez les instruments de mesure en vidéo

    Automatisation de missions : idéal pour créer des trajectoires de mouvement automatisées

    Les applications de type « QGroundControl » ou « Mission Planer » sont spécialement conçues pour contrôler les petits véhicules terrestres, aériens et maritimes depuis votre ordinateur. Grâce à ce type de progiciel, vous allez pouvoir créer des points de cheminement pour des trajectoires de mouvement automatisées. Doté de nombreuses options de navigation sur cartes, vous allez pouvoir vous déplacer librement et planifier soigneusement votre parcours. QGroundControl fournit un contrôle de vol complet et une planification de mission pour tout drone compatible MAVLink. Son objectif premier est la facilité d’utilisation pour les utilisateurs professionnels et les développeurs. L’ordinateur de bord embarqué sur le BathyDrone est fourni avec « QGroundControl » qui offre une prise en main simple et rapide quel que soit votre niveau.

    Traitement des données : exportation simple des données sous différents formats

    Les données enregistrées en continu sur l’ordinateur embarqué sur le BathyDrone permettent d’éditer, de visualiser et de restituer la morphologie du fond en 2 ou 3 dimensions.
    Ces données peuvent être visualisées à différents stades de traitements et sous différents aspects (nuage de points, carte incluant des isobathes, un modèle 3D texturé, calcul de cubatures, étude du volume d’eau restant…).
    Hydromagic Survey est un logiciel professionnel de levés hydrographiques, qui peut être utilisé pour cartographier les zones de profondeur à l’aide d’un échosondeur.
    Le logiciel est très abordable et la courbe d’apprentissage est très courte. Vous pouvez commencer à créer votre premier sondage en une seule journée.
    Découvez l’acquisition de données en vidéo

    Treuil de prélèvement : adapté pour descendre tous types d’instruments de mesures

    Dans le cadre du développement du BathyDrone, nos experts ont conçu un outil parfaitement intégrable qui peut également s’adapter à d’autres bateaux drones.
    Le treuil est entièrement autonome et peut descendre jusqu’à 80 m pour une charge utile de 2kg.
    Il permet de réaliser des échantillonnages de sols et des profils de mesure…
    Grâce au treuil, vous allez pouvoir également descendre une benne pour le prélèvement de sédiments ou encore une sonde de célérité.
    Le BathyDrone peut également être équipé d’une pompe péristaltique pour permettre d’échantillonner de l’eau en surface dans des bidons de prélèvement jusqu’à 1 litre.
    Découvrez le treuil en vidéo 

    Prise en main : un accompagnement adapté pour réussir votre 1ère mission

    L’enseignement est conçu pour vous transmettre tous les outils et connaissances nécessaires pour réussir votre 1ère mission de levé bathymétrique avec le Bathydrone. Cet enseignement s’articule autour d’enseignements théoriques et pratiques visant la montée en compétences (connaître le matériel, acquérir les notions pour préparer et gérer une mission automatique, lire et interpréter les données du sondeur etc…). La formation se déroule sur une journée (7 heures) sur Annecy (Haute-Savoie). Il est possible aussi de réaliser cette journée de formation sur le lieu de votre choix, et même vous accompagner lors de votre première mission. Vous pouvez prétendre à la prise en charge du coût de la formation par votre OPCO.

    Tutorat : Un complément personnalisé pour monter en compétence

    Nos formateurs experts sont disponibles pour un accompagnement individuel à l’issue de la formation présentielle.
    Vous pouvez choisir de poursuivre votre apprentissage sur la bathymétrie en choisissant un volume d’heures correspondant au temps passé par téléphone avec les formateurs.
    Cet accompagnement peut être délivré par téléphone (jours ouvrés de 8h à 18h) ou en visio.

    • PACK 3 heures = 250 € HT
    • PACK 5 heures = 400 € HT
    • PACK 10 heures = 700 € HT 

     

    Vous pouvez prétendre à la prise en charge du coût de la formation par votre OPCO.

    Présentation du BathyDrone en vidéo

    Présentation du treuil en vidéo

    Giuseppe

    Spécialiste drones marins

    L‘avis d’Escadrone sur le Bathydrone

    Le bathydrone a été conçu par des experts en levés bathymétriques qui ont voulu une embarcation fiable capable de recueillir des informations précises. Il permet la programmation de mission automatique et offre aux utilisateurs les informations importantes en temps réel afin de maîtriser les acquisitions du drone et contrôler ses déplacements.
    Les capteurs sont directement interfacés avec le contrôleur de navigation et votre ordinateur au sol, qui réceptionne les données acquises et intéragit avec les logiciels de batymétrie comme Hypack ou Hydromagic. Le BathyDrone est équipé d’une double antenne RTK pour connaître avec exactitude le cap du bateau et sa position. Vous pouvez également l’équiper d’un treuil automatique pour descendre tout type d’instrument de mesure comme par exemple un célérimètre. Il dispose également en option d’une pompe péristaltique pour le prélèvement d’échantillons.

    Spécifications techniques

    Drone

    Vos questions les plus fréquentes

    Pour vous permettre de programmer un parcours de mission automatique, vous devrez disposer d’un progiciel dédié du type « QGroundControl ou Mission Planer » par exemple.

    Ce type d’application est spécialement conçu pour contrôlez les petits véhicules terrestres, aériens et maritimes depuis votre ordinateur.

    Grâce à ce type de progiciel, vous allez pouvoir créer des points de cheminement pour des trajectoires de mouvement automatisées.

    Les contrôles peuvent être établis via WiFi, des périphériques USB et d’autres ports externes, en fonction du type de véhicule que vous souhaitez contrôler.

    Doté de nombreuses options de navigation sur cartes, vous allez pouvoir vous déplacer librement et planifier soigneusement votre parcours.

    La précision globale d’un levé bathymétrique est liée à trois choses ;
    – La précision du GPS embarqué (3-4 cm en XYZ)
    – La précision du sondeur bathymétrique (précision de l’ordre de 5cm avec un delta de +/- 0.1% d’erreur sur la profondeur)
    – La connaissance précise de la célérité, à mesurer sur site lors de l’acquisition pour éviter des erreurs de plusieurs % de la profondeur (jusqu’à 3m de profondeur d’erreur à plus de 30m).

    Cela dépend de la densité du levé que vous aurez défini et qui vous permettra de prévoir l’espacement entre les lignes de mesure définies sur votre logiciel d’acquisition bathymétriques.
    – pour les bassins de grande taille (> de 10 hectares = 10 000m2), on peut envisager d’espacer les lignes de navigation d’environ 10m ce qui correspondrait à 30mn de navigation par hectare,
    – pour les bassins plus petits (environ 3 hectares), on pourra éventuellement avoir plus de détails en privilégiant un espacement moins important entre chaque lignes (3m par exemple). Ce qui permettrait d’envisager une charge de travail équivalente à 1h30 par hectare.
    Pour conclure, le coût est fortement lié à l’espacement que l’on décide d’appliquer entre les lignes de mesure.

    La sonde mono-faisceau mono-fréquence mesure la profondeur uniquement à l’aplomb de sa position.
    Elle mesure dans ce cas la profondeur jusqu’au 1er obstacle (un fond dur, une plante un peu dense, le sommet de la vase, une plante…) à partir de 30 cm de profondeur.
    En dessus la source d’émission sonore est beaucoup trop forte et peut provoquer un risque de saturation du récepteur donc décrochage de la sonde.
    La précision du sondeur est fonction aussi du % de profondeur.
    Le sondeur émet une seule fréquence haute : 200 kHz en moyenne.
    En haute fréquence, les données ont une précision de 1 cm avec une marge d’erreur de +0,1% relative à la profondeur. S’agissant d’un écho en forme de cône, plus on est profond plus le cône est large et plus l’imprécision augmente. Le sondeur va mesurer la profondeur sur le 1er obstacle situé à l’intérieur du cône
    – Ouverture (angle d’émission) de 6° en moyenne avec une fréquence de sondage de 10 Hz soit 10 mesures/sec.

    A priori oui à condition bien sûr qu’elle intègre le protocole NMEA qui permet aux appareils électroniques embarqués de fonctionner ensemble.
    Il convient de vérifier en amont que les trames NMEA soient bien standard et non “propriétaires” au fabricant.
    Votre antenne GPS autonome viendra se visser sur le bateau (sans la canne) et nous prévoyons les prises nécessaires pour que votre GPS sorte les trames NMEA dont nous avons besoin dans notre système. Nous prévoyons également son alimentation si la batterie de votre GPS n’est pas suffisante. Nous nous occupons de toute l’intégration et du paramétrage, y compris dans le logiciel Hydromagic.

    La température de l’eau est déjà mesurée par la sonde bathymétrique.
    Il est possible d’ajouter d’autres équipements optionnels et instruments de mesure comme une sonde ADCP par exemple pour calculer le débit.
    L’ordinateur de bord dispose de connexions série disponibles pour connecter différents instruments de mesure si besoin.

    Le seul élément pouvant faire l’objet d’une vérification est la sonde de profondeur. Elle est testée et vérifiée en atelier, elle ne nécessite pas d’étalonnage particulier (pas de problème de dérive par exemple).  

    En utilisant un sondeur mono faisceau bi-fréquence.
    La basse fréquence permet d’estimer une épaisseur de sédiments fluide puisque le signal basse fréquence pénètre en partie les sédiments. Le couplage des 2 fréquences permet théoriquement d’estimer l’épaisseur des sédiments mous, une épaisseur de vase…
    Il faut en moins 3m d’eau pour obtenir des résultats.
    Les basses fréquences sont toujours moins précises que les hautes fréquences
    Le sondeur mono faisceau bi-fréquence offre deux fréquences : 200 kHz et 30kHz (ouverture 9° pour la fréquence 200 kHz & 20° pour la fréquence 33 kH).

    Le bathydrone peut être utilisé en mer calme même avec quelques vagues.
    L’intérêt du GPS temps réel ou PPK c’est de pouvoir corriger la houle (mouvement ondulatoire de la surface de la mer) et cette erreur en Z liée au mouvement du bateau.
    En termes de fréquence, le GPS et le sondeur effectuent 10 mesures par seconde. C’est-à-dire que l’on mesure 10 fois par seconde le Z de l’eau, le XY et la profondeur. Cela permet de compenser les vagues et la houle.
    Car même en temps calme on peut avoir des houles avec des variations de 1m durant la mission.

    Le permis Hauturier est dans une logique d’extension au permis côtier. Il est obligatoire pour naviguer au-delà de 6 miles soit 9,65km, sans limite de puissance ou de dimension des bateaux à moteur.
    Aujourd’hui il y a une absence de cadre juridique complet pour les bateaux drone. Dès lors que le bateau drone est inoccupé, la réglementation liée au gilet de sauvetage et fusées de détresse ne s’applique pas. Les EPI (gilet de flottabilité par exemple) sont malgré tout nécessaire pour les opérateurs en surface car ils sont près de la berge. Il est toujours utile de prendre contact avec les gestionnaires (comme les voies navigables de France ou la Compagnie Nationale du Rhône) pour éviter les mauvaises surprises.

    Dans le cadre d’un usage en bathymétrie, l’autonomie du BathyDrone est relativement importante (8 heures) contre quelques minutes pour le drone aérien par exemple.
    Le bathydrone a était conçu pour travailler sur 1 journée (8 heures) avec 1 pack de batteries.
    On peut bien sûr rajouter des batteries dans l’habitacle étanche du bateau qui a était conçu pour abriter un certain nombre d’équipements.
    En propulsion marine, le fait de doubler les vitesses de navigation d’un bateau nécessitent de multiplier par 8 les puissances de moteur. Dans sa conception, le compromis reposait sur la meilleure combinaison entre autonomie, vitesse et poids du bateau pour rendre le drone de surface opérable par un seul technicien.

    Il n’est pas possible de s’affranchir d’accrocher un fil de pêche à moins de placer quelque chose de très obstruant devant les hélices. Si une solution est trouvée, la maniabilité du bateau serait fortement perturbée. Nous réfléchissons actuellement sur l’ajout d’une grille très fine pour éviter aux hélices d’être gêné par des obstacles divers (algues, fil de pêche etc…) tout en garantissant une maniabilité optimale.

    L’électronique embarquée est voulue open source & open hardware. Toute l’interface est faite au travers d’un un ordinateur embarqué de type PC qui va gérer tous les éléments intégrés. La carte mère va faire le lien entre l’auto pilot Pixhawk 2, le GPS, le sondeur bathymétrique et le treuil directement depuis la berge grâce à la radiocommande.
    Toute la partie électronique a était intégrée dans une boite indépendante et étanche qui permet en cas de disfonctionnements d’être renvoyer au SAV pour être vérifier sur le banc de test.
    Toutes les mesures sont directement enregistrées sur l’ordinateur du bateau pour éviter d’éventuelles pertes de signal causées par la végétation ou édifice par exemple.

    La télécommande permet à l’opérateur d’avoir un retour sur certains paramètres du drone, comme l’altitude, la vitesse, les tensions des bateeries et leur consommation, la température.

    Le bateau drone est relié à la berge par un système de transmission en 5 GHz (système propriétaire « Ubiquiti » qui n’est pas du wifi) développé par un acteur leader sur le marché de fabricants de système. La portée avec le bateau peut facilement atteindre 1km depuis la berge.

    Tout se passe sur l’ordinateur du bateau si la transmission est perdue l’acquisition continue !

    Le bateau drone n’est pas adapté aux levés sur rivières où les courants sont très forts.
    En rivière, on peut avoir des forts dénivelés sur des levés de 1 à 2 km surtout dans des rivières régulées où il peut y avoir des lâchers d’eau avec les barrages.
    Le niveau de l’eau peut ainsi varier de plusieurs dizaines de cm voire plusieurs mètres entre le point haut et le point bas.
    Il est important d’avoir des systèmes RTK pour corriger en temps réel l’altitude de l’eau pendant toute la phase de l’acquisition.
    Nous travaillons actuellement sur un prototype de planche de surf pour contrer des courants jusqu’à 3 à 4m seconde.
    L’intérêt d’un GPS en temps réel permet de corriger la houle et l’altitude de l’eau pendant toute la phase d’acquisition – 10 mesures par seconde (le x, y et z pour compenser les vagues ou la houle). Le système RTK permet de compenser et corriger toutes les variations de l’eau.

    HYDROMAGIC permet de capter de la donnée bathymétrique et permet aussi d’en réaliser le traitement.
    Le logiciel est très convivial et la formation que nous avons inclus dans le devis vous permettra d’être autonome en seulement quelques heures.
    Vous pourrez produire des nuages de points. LAS, .LAZ, .XYZ, etc… + des courbes de niveau format shp ou dxf, des cartes raster type GEOTIFF avec les profondeurs en couleur.
    Vous pouvez sortir vos résultats sous forme de profondeur (donc relatif au plan d’eau) ou sous forme d’altitudes. La grille IGN est intégrée au logiciel.
    Tous les référentiels planimétriques Français sont aussi intégrés.

    – le nombre de points dépend du nombre de lignes qui ont été paramétrées. En moyenne, 1 point tous les 3cm par ligne
    – le logiciel va fournir un nuage de points en X, Y et Z (longitude, Latitude, Les données sont exportables au format PDF, DWG ou EXCEL
    – le logiciel permet de réaliser des coupes en travers et faire apparaître des courbes de niveaux
    – les données peuvent être exportées directement dans COVADIS (logiciel de topographie et de terrassement)
    – Il est nécessaire de prévoir un abonnement auprès de TERIA et ORPHEON

    RECEVOIR UN DEVIS ET LA FICHE PRODUIT

    Remplissez le formulaire en prenant soin de nous laisser vos coordonnées et nous vous contacterons sous 48h.
    Vous pouvez nous écrire par email à contact@escadrone.com ou nous téléphoner au +33(0)4 58 00 54 10 du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30